Action en justice : les vaccins anti-covid?


Les vaccins anti-covid ne sont, scientifiquement, ni sûrs, ni efficaces !

Les Etats européens dont la Belgique ont adopté, comme solution pour répondre au virus covid19 et ses variants, la stratégie vaccinale des populations. Est-ce la meilleure stratégie alors qu'il ressort, dans les faits, que non seulement les effets secondaires liés aux vaccins anti-covid sont basés sur des effets secondaires observés à court terme et non sur des effets basées sur des informations scientifiques reconnues par la communauté scientifique internationale.


Nous constatons que, suite à la vaccination en Belgique, des effets secondaires déclarés ( certains ne sont pas déclarés ) et graves ont été constatés en pratique alors que ces effets n'avaient pas été observés lors des tests cliniques précédents : notamment la coagulation du sang entraînant des thromboses, pouvant aller jusqu'au décès.


Suite à ces effets secondaires graves, plusieurs pays dont l'Autriche, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg et le Danemark ont suspendu administration du vaccin AstraZeneca en raison de la dangerosité et des risques potentiels sur la santé. La Belgique, par contre, poursuit la vaccination; Yves Van Laethem et Frank Vandenbroucke, en leur qualité, déclarent que les vaccins sont sûrs et efficaces tout en ne précisant pas les éléments scientifiques objectifs et indépendants justifiant qu'il y a lieu de poursuivre la vaccination avec ledit vaccin alors que d'autres Etats ont préféré appliquer le principe de précaution pour sauvegarder et garantir l'application de l'article 2 de la Convention européenne des droits de l'homme portant sur le droit à la vie; ledit droit contient notamment le droit à la santé.


L'association Droits et Libertés a.s.b.l. estime que le principe de précaution doit s'appliquer dans le cadre de la stratégie vaccinale et qu'à défaut, la responsabilité civile et pénale de l'Etat doit être constatée; l'Etat étant seul juridiquement à décider, quand bien même des experts émettent des avis non contraignants. Il s'agit d'une décision politique qui pourrait faire tomber le gouvernement en place.


D'où la mise sur pied d'une cagnotte judiciaire afin d'exercer une action en justice pour faire cesser la stratégie vaccinale en application notamment du principe de précaution et de l'article 2 de la Convention européenne des droits de l'homme.


Vous désirez participer à la constitution de cette cagnotte judiciaire ?

Plus d'infos, cliquez ici



451 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout